Quelques poémes de Fatoumata Coulibaly

J'opinerai de la tête

dsc-0272.jpg

 

Mademoiselle Fatoumata Coulibaly nous revient avec son nouveau poéme par le biais duquel elle invite à agir de maniére responsable.



J'opinerai de la tête

Les miens me soupçonnent de ne regarder que l`impossible

De ne guetter que  l`inéluctable, l`inévitable, l`inconcevable

De n'épier que l`imperceptible, l`insoutenable

Mes proches me taxent souvent de personne inexorable

Aux choix inextricables, c`est un choix que j`assume.

 Ma vision est lointaine, acerbe et labyrinthique me dira-ton

Mon comportement n'est rien d`autre que la traduction de ma personnalité

Ma personnalité n'est qu'une équation personnelle voulue

Mes actes demeurent les résultats de mes choix  entrepris.

 

Mes choix résultent de ma conception, c`est un choix, j'assume

Des conséquences de mes actes, advienne que pourra j`assumerais

Sciemment, j'ai choisi mon domaine de prédilection.



D'insupportables conséquences peuvent découler de mes choix

Aussi pénibles et insurmontables qu`elles puissent être, j'assumerais

De telles conséquences ne pouvaient que découler de ces choix

Je me soucie guère du qu'en dira-t-on donc j'assume.

 

 

Fatoumata Coulibaly

Etudiante   en Licence

Option :  Commerce  International et  Développement Humanitaire  

Démon de midi

dsc-0272.jpgUne thématique chère aux unes et aux autres. Chaque poétesse y va de sa plume. Nous, qui nous pensions que le puits du thème de l’amour avait tari au Sénégal, sommes, à présent, persuadés du contraire.  Aussi laissons-nous éclore ces génies confirmés chez  Fatoumata Coulibaly et insoupçonnés, jusqu’à peu, chez ces lycéennes, soumises à une certaine austérité car il ne fallait pas seulement écrire un poème sur l’amour.  Qui veut, peut. 

Démon de midi 

Démon de midi, misérable amour tu demeures l`usurpateur de mon bonheur.

Philanthrope j`étais, misanthrope je suis devenue

Misandre je resterai, revenir à de meilleurs sentiments j`en doute.

J`opterai à tout jamais pour le misérabilisme, du nombrilisme tu tiendras

Vil amour qu`as-tu fait de moi ?

 

Pourtant, les prémices de notre union étaient promesses et adresses

Bien que le socle était fait de vérités et de contre-vérités

Lâche tu es, lâche tu resteras à jamais. Pauvre démagogue !

Prévaricateur, n`as-tu pas honte ?

 

Je t`ai aimé misérable et je continue à t`aimer nonobstant ces déboires

Misérable feras tu un jour ton mea culpa ? Tu m`apaiseras alors.

Ame damnée, rejet de la nature, avorton oseras tu me dire quelque chose ?

Incongru tu es, incongru tu resteras à  jamais.

Quidam indésirable, n`as-tu pas honte ?

 

Viendra un jour où on se reverra, on se regardera

Piètre amour, je te braverai sans gêne, sans tergiverser

Viendra ce jour, je serai assez pétulante pour te redresser

Je te stigmatiserai, je te piétinerai advienne que pourra !

 

Fatoumata Coulibaly

Etudiante   en Licence

Option :  Commerce  International et  Développement Humanitaire   

 

A quand notre tour ?

A QUAND NOTRE TOUR ?dsc-0272.jpg

 

Ils ont fait semblant de partir pour mieux rester

Ils sont encore et toujours là, ils comptent s`éterniser apparemment

A quand notre tour ?

Nous seuls pouvons répondre à cette question car :

Nous seuls avons subi l`esclavage, la colonisation, la balkanisation …

Nous seuls avons subi les conséquences de la conférence de Berlin

Nous seuls avons subi l`assimilation, les systèmes français, anglais…

Nous seuls avons été humiliés, relégués, évincés, piétinés, téléguidés

Nous seuls pauvres  nantissons  des riches

Nous seuls assistons à l`exploitation de nos minerais sans dire un mot

Nous seuls avons des républiques chroniquement et hautement corrompues

Nous seuls subissons les conséquences de leurs actes ratés

Nous seuls vivons dans une jungle, dans des cités désorganisées

Nous seuls sommes pointés du doigt alors que c`est eux les coupables

Nous seuls sommes considérés comme un continent fantôme habités par des zombies

Nous seuls vivons le paludisme, le sida, le choléra, les plus atroces maladies …

Nous seuls sommes un continent poubelle

Nous seuls sommes écartés lors des grandes décisions

Nous seuls savons ce que nous endurons

Alors nous seuls pouvons créer notre issue de sortie

Nous seuls dans l`unicité pourrons faire tomber ce mythe

Nous seuls unis comme un seul homme pouvons <combattre> cet interminable esclavage …

L`heure est au réveil, la léthargie perdure, c`est pas normal …

Ensemble conjuguons nos efforts pour une Afrique unie dans la diversité…

Nous n’aspirons pas à devenir une superpuissance

L`esprit vindicatif ne nous anime pas même si …

Nous voulons juste un monde meilleur où toutes les races, toutes les civilisations et toutes les cultures se confondent

Un monde sans dissidence, sans conflit, sans guerre, sans souffrance

Un monde sans maladie, sans misère, sans famine nous invoquons !

Un monde sans racisme, sans ethnocentrisme nous implorons !

Un monde sans  inégalité nous prions !

Alors nous seuls pouvons œuvrer pour un monde meilleur car nous seuls avons fait l`histoire jusqu`ici.

Fatoumata Coulibaly

Etudiante   en Licence

Option :  Commerce  International et  Développement Humanitaire    

5 votes. Moyenne 4.60 sur 5.

Commentaires (2)

cherif
  • 1. cherif | dimanche, 09 Juin 2013
très inspirée fanta!
Diallo
  • 2. Diallo (site web) | dimanche, 10 Février 2013
Vous êtes les seuls juges. Très chers lecteurs. Succulent, je trouve ce poème. Bon vent Poétesse Coulibaly !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mardi, 18 Juin 2013