Vivement la fin

De cette crise scolaire

Un manque de pragmatisme inacceptable : un problème, ça se résout, un point c'est tout.
Envie de passer à autre chose. Envie de mettre un terme à ce dialogue de sourds qui ne mène nulle part. Envie de ne plus tourner en rond. Envie de me concentrer sur autre chose, sur un autre sujet non pas parce que le sujet ayant trait à la crise scolaire ne m'intéresse plus, mais parce qu'il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Difficile de donner sens à une situation quand on décide de part et d'autre de donner des vacances à notre bon-sens. La passion n'a jamais rien résolu. On a besoin de solution. Si chacun campe sur sa position, nous perdrons
Pour ces raisons et pour bien d'autres que je tairais, je dirai aux uns et aux autres que chacun campe sur ses positions. Si c'est le salaire des enseignants qui vous intéresse, allez trouver une craie, vous verrez. N'est pas enseignant qui veut. De grâce, la campagne de diabolisation ne fera pas l'affaire.
Je ne suis qu'un humain, je ne peux pas être sur tous les fronts pour justifier et expliquer à ceux qui n'ont pas compris des choses qu'ils ne voudraient jamais comprendre.
Fier d'être enseignant malgré cette campagne de diabolisation en vogue au Sénégal. Je parle pour tous ces enseignants qui se sentiraient concernés. Soyez tranquilles, sachez que nous ne sommes ni diables ni misérables, encore moins irresponsables malgré cette vision manichéenne qui voudrait faire penser que tous ceux qui ne sont pas enseignants seraient plus responsables.
Ibnou Diallo
Prof de Lettres

30/04/2015

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire