Un client soûl et un contrôleur intransigeant

Chronique vingt huit

bus-sunlong.jpgIvre, tenant à peine sur ses deux pieds, le client atypique ne put montrer patte blanche ou plutôt son ticket lorsque l’un des deux receveurs lui fit la demande. Nous étions à cet instant précis au rond-point « Jet d’eau »sans aucun jet d’eau.

Il portait une veste bleue avec un tee-shirt à l’intérieur et avait mis des lunettes noires. Une polémique s’ensuivit sans résultat satisfaisant. Après concertation, les contrôleurs donnèrent une consigne au chauffeur de la ligne 9 qui stationna net devant la Police de Dieuppeul.

Le chauffeur ouvrit naturellement sa portière avant. Ils lui demandèrent son ticket ; il refusa à nouveau de le présenter et de descendre. Il jura avoir acheté le ticket mais ne put l’exhiber malheureusement. Le chauffeur quant à lui préféra jouer au spectateur.

Ainsi, le plus jeune des contrôleurs alla trouver un policier assez jeune qui, à son tour, l’accompagna jusqu’à l’entrée du bus pour rétablir l’ordre en s’occupant du client récalcitrant.

Ensemble, ils demandèrent au contrevenant de descendre. Toujours égal à lui-même, il n’obtempéra pas. Paradoxalement, le policier arrangea la situation non pas en le prenant au collet mais en lui remettant 500f pour qu’il se payât un autre ticket. Il prit le billet surnommé Macky et le remit au receveur ;  auparavant le policier lui avait offert gracieusement la monnaie. Ledit receveur lui reprocha d’avoir déchiré le premier ticket que le chauffeur lui avait pourtant payé.

Dans l’exercice de leur job, les contrôleurs avaient reçu une déculottée dans la mesure où le chauffeur et le receveur voulaient relativiser la situation en ne s’attardant pas sur le manque de lucidité du client contrairement aux contrôleurs qui étaient intransigeants. Le comble est venu du policier qui trompa son monde en remboursant.

Le voyage reprenait son cours normal et notre client arriva à sa destination : Sacré-Cœur. Il lança à l’endroit du chauffeur « taxawal, taxawal, taxawal », Stop en français. Au lieu de descendre, il revint sur ses pas, trouva le receveur qui, essayant de lui faire la morale, en aura  pris pour son grade. Il l’envoya balader par ces termes  « go waay » puis se dirigea vers le conducteur, prit les deux mains de ce dernier avant de prier longuement pour lui malgré l’empressement des autres clients. Il quitta le bus et continuait son numéro dans la rue.

A quelques mètres du Terminus de Liberté VI, le chauffeur nous expliqua clairement la situation. Il mit en avant son esprit de dépassement. Pour lui, les receveurs devraient comprendre la situation en ne faisant pas toute une montagne d’un petit rien. Avec le receveur, ils nous diront ceci : «  dans la vie on ne sait jamais, alors sauvegardons la dignité humaine, respectons-nous ». A quoi ça servirait, en voulant humilier son semblable ?

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire