Le gendarme fut corrompu

Avec ces indices concordants

100e7847Debout, nous attendions tranquillement  l’arrivée d’un bus quand un fait attira notre attention. Le gendarme qui était sur les lieux marchait sur la chaussée en assurant l’attitude à tenir aux chauffeurs. Deux hommes l’y rejoignirent. L’un était en polo et l’autre plus élancé en maillot blanc. Si le premier se montrait impuissant ; le second se voulut convaincant et ne cessait de présenter des arguments afin que le gendarme se montrât indulgent.

Après quelques pas effectués, ils quittèrent la chaussée pour s’installer sous une tente qui faisait office de gargote. Nous n’avions d’yeux que pour ces trois. Nous voulûmes immortaliser la séquence sans pour autant y parvenir. Cette image le démontre. Nous soupçonnions une tentative de corruption. Deux questions nous vinrent à l’esprit : le gendarme est-il corruptible ? Le cas échéant sera-t-il corrompu ?   

Tout portait à le croire. Au creux de la main droite du gars, futur corrupteur, en maillot blanc, nous apercevions 1500 francs avec un billet de mille et un autre de cinq cent francs. C’était gravissime eu égard au fait que nombreux sont ceux qui pensent que les gendarmes sont incorruptibles.

Ils entrèrent et s’assirent sous la tente, continuèrent leurs discussions. Nous tendîmes l’oreille mais ne sûmes point ce qu’ils se disaient.

Quand nous aperçûmes notre bus, nous fîmes au conducteur un signe de la main et nous y engouffrâmes. C’est en ce moment-là que le corrupteur sortit de la tente en tenant fièrement son permis qu’il venait sûrement de récupérer moyennant cette somme précitée.

Il y a eu bel et bien corruption. L’Office National de lutte contre la Corruption (OFNAC) aura une pile de dossier sur la table pour ne pas dire que ses membres auront du pain sur la planche. Le numéro vert annoncé ne résoudra pas la question car on a tendance à banaliser la corruption au Sénégal.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire