Une relève politique

Malick Noel Seck

Malick Noel Seck et son contre sommet
Toujours égal à lui-même, Malick Noel arrange les uns et dérange les autres suivant sa posture nationaliste conforme à l'intitulé de son parti Front National de Salut Public Mom Sa Rew.
Interviewé sur la RFM, il affirma ne pas être un militant de la démocratie, mais de la liberté qui refuse d'être catalogué révolutionnaire.
Dénonçant le cinéma allant de pair avec le sommet de la Francophonie, il initia avec d'autres leaders un contre-sommet. La mayo ne prendra pas, car les autorités lui refusèrent ce droit que lui confère pourtant notre constitution.
Avec fermeté, il dira qu'il n'acceptait pas d'être assimilé à une menace dans sa tentative de promouvoir des débats d'idées.

Invité du Grand Rendez vous sur la 2S TV diffusé le vendredi 20 mars 2015, il rappela les principes de son parti, sensibilisa les jeunes contre toute éventuelle manipulation politique ( avec le cas des événements ayant conduit Barthlémy Dias en prison, en 2012) , prôna plus d'autonomie et d'audace de la part de nos dirigeants.  Il parla de la nécessité d'avoir une monnaie propre au Sénégal.

M. Amath Soumaré lui reprocha son passé politique notamment le bilan du Parti socialiste, non sans souligner que le discours lui rappelait le Front National français. M. Soumaré montra qu'il n'est pas facile de  battre sa propre monnaie.

Répondant à ces interpellations, M. Seck dira qu'il se réclame de Mamadou Dia et non de Senghor tout en soulignant avoir commencé à faire la politique en 2005. Sur la question de la monnaie, il montra qu'il n'était certes pas aisée, mais  constituait une condition sine qua non en vue d'une émergence. Sur ce point, le présentateur du Magazine donnera l'exemple du Ghana qui a réussi à s'imposer avec sa monnaie.

101 43

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mercredi, 25 Mars 2015