Vote intelligent et vote dogmatique

De la légitimité et de la légalité !

10449902 10204097916152592 1421219722018495828 nDepuis l’antiquité gréco-romaine, les populations se sont toujours imprégnées de la chose publique. Par conséquent, chaque joute électorale révèle le degré de maturité des gens mus par le devenir de leur Cité. La politique étant simplement l’art de gérer la cité, l’on serait tenté d’en profaner la noblesse : à cause de la plèbe qui descend à de trés bas niveaux, pour ne pas dire dans les caniveaux.

Podor, la ville mythique, Podor la terre des plus grands hommes de l’histoire du pays, aura suscité un regain d’intérêt. Créé en 1854, son ouverture vers l’Universalisme était incontestable. Grand comptoir commercial, Podor fut la porte entre le  Maghreb et l’Afrique.

C’est méconnaitre l’histoire, méconnaitre le passé d’une ville haut riche en métissage, en richesses tant culturel, économique, religieux et social lorsque les gens en viennent à résumer l’espace public aux débats de bas étage ; le dogmatisme laisse un trou béant. S’engouffrer dans ces spéculations puériles, c’est s’enfermer dans une impasse. Le débat politique doit se situer dans un cadre objectif qui se limite aux ambitions des uns et des autres et au meilleur programme proposé par les candidats.

Des errements ont conduit certains à utiliser tous les artifices, dans le seul but de remporter pour préserver ou, du moins, sembler préserver leur avenir politique, au risque même de se dédire, au risque même de courir embrasser et de bénir ceux qu’autrefois, on chassait comme la peste.

Cette attitude dictée par la politique politicienne diffère diamétralement de la noblesse même de la politique et laisse paraitre des relents bouffons car on pense manipuler la plèbe à dessein alors qu’on se montre sans vergogne, et en étalant sa petitesse par la calomnie et le mensonge, on montre que, pour le pouvoir, on est prêt à descendre aussi bas ; on est prêt à tout.

Lorsque sonne le crépuscule de notre étoile, même la fourberie ne peut nous sauver du piédestal des méandres de la chute.
Le mythe de cette partie du pays : le legs historique, culturel et religieux ont fait son charme. Cependant, force est de reconnaitre son retard et sa fragilité face à l'émergence de certaines contrées aux poids économiques non négligeables.

Loin d’être antinomique, notre destin commun est lié. Et avec la nouvelle dynamique des réformes de l'acte III de la décentralisation, on gagnerait plus à être unis et à unifier les forces.
Dans la commune, la campagne électorale a failli tourner au vinaigre car le débat a été phagocyté par la personnalisation de la chose politique. Les débats étaient passionnés et passionnels, mettant de côté la finalité publique de la chose politique. La diabolisation, l'intoxication et la manipulation ont anesthésié les esprits de telle sorte que la politique a ôté les liens très forts unissant les gens au profit des querelles de chapelle.

Au sein d'une même famille, au sein d'une maison, les contradictions politiques ont fait oublier les rapports sanguins entre tous. Heureusement, le risque d'égarement a été vite maitrisé eu égard au caractère politique inhérent à notre ville, avec de grands esprits qui ont été capables de s'élever au-delà des contingences en privilégiant l'éthique et la morale.

 Il y a eu toujours de brebis galeuses dans tous les camps : ce qui est intrinsèque à la nature humaine.
Interpréter les résultats serait une aventure complexe qui relèverait plus de la spéculation. Chaque camp peut les interpréter en sa faveur. Si d'aucuns se targuent d'une percée de 06 ou de 16 voix, d'autres peuvent se prévaloir d'avoir remporté 4 centres sur les 06 ; ou 11 bureaux sur les 17 ou d'avoir emmené en ballotage un géant de 20 ans dans une première expérience qui n’a duré que deux mois.

La principale interrogation qui taraude les esprits est celle-ci : ce vote a-t-il été réaliste ou affectif ?

De la légitimité et de la légalité dépendent seulement de celui qui analyse.
Lors des investitures, les gens devront oublier leurs égos en unissant les forces, il ne faudrait surtout pas entretenir la haine ou la jalousie même après la campagne et poursuivre l'adversité circonstancielle au-delà du terrain politique.

 Le discours rassembleur est bien mais celui du réalisme encore meilleur. Par devoir de mémoire et par respect pour la postérité, le réalisme doit l'emporter sur l’intérêt personnel. Ce qu'il faudrait surtout éviter c'est de s'enliser davantage dans des combats épiques d'opposition fanfaronnade.

 Le destin politique est à la croisée des chemins, c'est la raison pour laquelle le feuilleton électoral Wade diable politique qui n'a qu'un seul désir c'est de voir son fils libéré et conquérir les suffrages en 2017 et la parenthèse Idy, l'exemple de la tortuosité politique, dont le rêve présidentiel ne cesse de hanter le sommeil doit être dépassé pour permettre à Aissata de tirer honorablement son épingle du jeu. Sinon cette alliance de la " carpe et du lapin" comme elle aime à le dire risque de s'appliquer à son cas.

Tous les souffles sont suspendus au moment fatidique où le sort de toute une génération sera scellé à la cour d'appel de Saint Louis en ce jour. Sachons que tout le tapage qui a suivi les résultats provisoires n'était qu'épidermique et circonstanciel et que le seul combat qui vaille est le combat pour l'union des cœurs et des esprits.

L'universalisme de Podor ayant été démontré dès le XVIIIème, ce n'est pas aujourd’hui que la démocratie souffrirait dans notre chère ville. Quel que soit le vainqueur, c'est Podor qui aura gagné. A l'issue d'un face à face entre deux de ses valeureux fils, advienne que pourra mais c'est Podor qui s'en sortira ragaillardi et honoré. Inutile d'en altérer l'image et tomber au bas des escaliers en en venant à l'émotionnel plutôt qu'au rationnel. Je lance un appel solennel à tous et j’invite à la sérénité, au calme et au fair-play. Il faut dépasser la campagne et se mettre en mode pragmatisme dynamique. En finir avec la théorie et s'attaquer à la résolution du mal de vivre des populations en mettant en pratique les nombreuses promesses électorales pour le bien de tous et pour le bien de la communauté. Appel à la retenue, à la réserve et au dépassement. Au travail!

lypapis@gmail.com

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire