Un pouvoir de fait

Contre le népotisme

 Quand vous faites la politique en Afrique, faîtes-la comme vous la sentez, et quand vous prenez la lourde tâche de la définir, définissez-la comme vous voulez que ça plaise au Président ! Une réflexion bien africaine.
Si vous voulez bénéficier de concessions, soyez parents ou partisans du Président. Rien à foutre de vos performances universitaires, de votre niveau d'étude ou encore de votre cursus professionnel. Le meilleur statut, vous l'avez déjà !
Vous souhaitez avoir des largesses financières, usez de ces discours formés de formules pompeuses qui ont tendance à dissimuler leur médiocrité pour en faire quelque chose de meilleur, vous y êtes. L'argent est le ressort de bien des choses !
Foutaise ! S'ils disent pouvoir discerner un pouvoir de droit d'un pouvoir de fait. Ces dirigeants sont dans l'incapacité de séparer leurs intérêts individuels des intérêts généraux. Ils ne sont point tenus par une obligation morale.
"Je m'en foutisme total" s'ils pensent pouvoir changer le statu quo. Confondus à une bande de marionnettes, ils usent de la déraison. Ils pensent pouvoir agir en redresseur de torts alors qu'ils ne sont point justiciers.
Dit-on que dans un milieu petit-bourgeois, c'est l'élément petit-bourgeois qui domine ou encore dans un milieu qui se réclame de la démocratie, c'est l'élément démocratique qui prime. Ce sont bien des propos, qu'il faut éluder quand vous échangez avec le genre africain, car il a le goût du sens figuré des choses.
Ils pensent agir avec une prudence calculée, le temps les a trompés. Leurs statistiques s'avèrent être fausses, ils gouvernent dans l'erreur. A quand cette reforme ?

Fanta

Texte 1 : Un pouvoir de fait  

 

                             Photogrid 1432403062403

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire